Actualités

Notre Église

Activités

Médias

Qui sommes-nous ?

Une église évangélique au milieu du quartier des Palettes, rattachée à plusieurs fédérations et qui se réunit chaque dimanche à 10h00 pour le culte.

En image

Important

Suite aux nouvelles mesures prises par le Conseil d'État, toutes les rencontres à l'Espérance (cultes compris) sont malheureusement suspendues jusqu'à nouvel ordre.



Offre d'emploi

Image représentant une équipe souhaitant la bienvenue.

Nous recherchons un pasteur !



Édito

La lumière dans les ténèbres

Quatre bougies allumées dans l'obscurité

Nous croupissons dans cette cellule depuis la nuit des temps. Tout autour de nous, une obscurité épaisse nous recouvre tel un manteau pesant. Où que se dirigent nos regards ils ne rencontrent que les ténèbres. Nous essayons de nous orienter dans cette noirceur, mais rien n’y fait. La porte de cette prison, s’il y en a bien une, est hors d’atteinte.

Nous ne sortirons pas de là tout seuls.

Ces ténèbres nous avaient semblées si attirantes au début, mais c’était un piège. Une ruse de l’adversaire que nous n’avons pas su éviter. Gagnés par un profond désespoir, nous nous asseyons contre un mur et nous commençons à pleurer.

Soudain, au centre de la pièce, une bougie s’allume. D’abord timide et pâle, sa flamme prend vite de la vigueur. Bien que faible, cette étincelle nous réveille de notre torpeur désespérée et réchauffe nos cœurs glacés. En voyant la nuit reculer si promptement face à un si humble luminaire, nous comprenons que l’obscurité peut être vaincue.

Ça change tout.

Alors nous levons et ouvrons grands les yeux en attendant un nouveau signe.

Un nouveau signe qui ne tarde pas. En effet, voici qu’une deuxième bougie voit sa mèche prendre feu. Nous commençons à apercevoir les contours de notre cellule. Voyant les ténèbres repoussées aux extrémités nos souvenirs nous reviennent. Nous nous rappelons maintenant de toutes ces voix qui nous annonçaient avec vigueur un libérateur mais, aveuglés par notre orgueil, nous ne voulions pas les écouter.

Nous réentendons ces mots proférés pour la première fois il y a des siècles et résonnant encore aujourd’hui.

« Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert : Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Esaïe, le prophète. » Jean 1.23

L’écho de la voix s’estompant à peine dans nos esprits, une troisième bougie s’illumine. Une joie immense nous envahit quand nous voyons cette obscurité qui nous semblait infinie et impénétrable maintenant acculée dans les coins les plus éloignés de la pièce. Elle sait que la partie est perdue mais elle tente quand-même de nous attirer, usant de son pouvoir de séduction.

Mais tous les efforts déployés par la nuit sont anéantis par la naissance de la dernière flamme. La lumière a chassé les derniers vestiges de ténèbres.

« Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme.
Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue.
Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue.
Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. »
Jean 3.9-13

Nous sommes toujours emprisonnés, mais ces quatre bougies flamboyantes nous annoncent que celui qui va nous libérer est sur le point d’arriver. Tout ce que nous avons à faire c’est de le suivre quand il ouvrira la porte.

Dans la tradition chrétienne, la flamme des bougies symbolise l’espérance. Nous faisons confiance en la grâce de Dieu et nous comprenons qu’Il travaille depuis le début à nous réconcilier avec lui. C’est en réalisant notre parfaite incapacité à nous sortir nous-mêmes des ténèbres dans lesquelles la chute nous a entraînés que nous faisons le premier pas pour sortir de cette prison. L’espérance agit alors comme une clé. Ce que nous commémorons pendant l’avent, avec le symbolisme des bougies et de la lumière c’est l’attente. Pas celle d’un repas festif en famille ni la promesse d’un sapin entouré de cadeaux. Non, ce que nous commémorons c’est l’attente de la réalisation du plan de Dieu pour notre salut. Un plan merveilleux qui peut se résumer entièrement dans le nom même de notre sauveur : Emmanuel (Dieu parmi nous).

Nous sommes toujours dans les ténèbres, mais maintenant nous savons comment les vaincre. Dieu s’est chargé Lui-même d’offrir la solution à ceux d’entre-nous qui en veulent. Alors ouvrons nos cœurs et accueillons la lumière et le Seigneur nous accueillera à son tour.

Webmaster : Carine
Contacter la webmaster
N'hésitez pas à nous faire part de vos remarques ! Merci.
Copyright EEE 2020, tous droits réservés.


Ce site est référencé sur